MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 FINKIELKRAUT, RÉVISIONNISTE DE LA LOI SUR L'ESCLAVAGE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

13122005
MessageFINKIELKRAUT, RÉVISIONNISTE DE LA LOI SUR L'ESCLAVAGE

FINKIELKRAUT, RÉVISIONNISTE DE LA LOI SUR L'ESCLAVAGE

Publié le 12-12-2005

Un pas plus bas : Alain Finkielkraut, navré de la claque administrée
par les Antillais à son ami Nicolas Sarkozy, s'en est pris dimanche
à la loi donnant à la traite négrière et à l'esclavage dans les
colonies la qualification de « crime contre l'humanité ». Cette loi,
votée en 2001, est généralement connue sous le nom de « loi
Taubira », du nom de sa promotrice, la députée de la Guyane
Christiane Taubira.


Lors de sa harangue hebdomadaire sur Radio Communauté Juive,
Finkielkraut a fustigé Chirac et Villepin, qui, suite à la
mobilisation antillaise, amorcent maintenant un recul sur
l'appréciation du caractère « positif » de la colonisation.
Epargnant ostensiblement Nicolas Sarkozy, Finkielkraut a ensuite
hurlé que toute révision de la loi de février 2005 doit
s'accompagner d'une révision, parallèle, de la loi Taubira.

On lira ci-dessous le texte de cette loi, dont Christiane Taubira
regrettait récemment que plus de quatre ans après sa promulgation,
elle reste largement lettre morte concernant les mesures
d'accompagnement : démarches pour la reconnaissance de ce crime en
tant que crime contre l'humanité par les organisations
internationales, commémoration annuelle, etc.

Article 1er

La République française reconnaît que la traite négrière
transatlantique ainsi que la traite dans l'océan Indien d'une part,
et l'esclavage d'autre part, perpétrés à partir du XVè siècle, aux
Amériques et aux Caraïbes, dans l'océan Indien et en Europe contre
les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes
constituent un crime contre l'humanité.

Article 2

Les programmes scolaires et les programmes de recherche en histoire
et en sciences humaines accorderont à la traite négrière et à
l'esclavage la place conséquente qu'ils méritent. La coopération qui
permettra de mettre en articulation les archives écrites disponibles
en Europe avec les sources orales et les connaissances
archéologiques accumulées en Afrique, dans les Amériques, aux
Caraïbes et dans tous les autres territoires ayant connu l'esclavage
sera encouragée et favorisée. Article 3 Une requête en
reconnaissance de la traite négrière transatlantique ainsi que de la
traite dans l'océan Indien et de l'esclavage comme crime contre
l'humanité sera introduite auprès du Conseil de l'Europe, des
organisations internationales et de l'Organisation des Nations
unies. Cette requête visera également la recherche d'une date
commune au plan international pour commémorer l'abolition de la
traite négrière et de l'esclavage, sans préjudice des dates
commémoratives propres à chacun des départements d'outre-mer.

Article 4

Le dernier alinéa de l'article unique de la loi n° 83-550 du 30 juin
1983 relative à la commémoration de l'abolition de l'esclavage est
remplacé par trois alinéas ainsi rédigés :

« Un décret fixe la date de la commémoration pour chacune des
collectivités territoriales visées ci-dessus.

« En France métropolitaine, la date de la commémoration annuelle de
l'abolition de l'esclavage est fixée par le Gouvernement après la
consultation la plus large.

« Il est instauré un comité de personnalités qualifiées, parmi
lesquelles des représentants d'associations défendant la mémoire des
esclaves, chargé de proposer, sur l'ensemble du territoire national,
des lieux et des actions qui garantissent la pérennité de la mémoire
de ce crime à travers les générations. La composition, les
compétences et les missions de ce comité sont définies par un décret
en Conseil d'Etat pris dans un délai de six mois après la
publication de la loi tendant à la reconnaissance de la traite et de
l'esclavage en tant que crime contre l'humanité. »

Article 5

A l'article 48-1 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la
presse, après les mots : « par ses statuts, de », sont insérés les
mots : « défendre la mémoire des esclaves et l'honneur de leurs
descendants, ».

Source :
http://www.europalestine.com/article.php3?id_article=1930
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» Pourquoi Finkielkraut défend-il Polanski?
» [Réflexion] Faut-il brûler Walt Disney ?
» Alain Finkielkraut Contre La Transformation des Eglises En Mosquées
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

FINKIELKRAUT, RÉVISIONNISTE DE LA LOI SUR L'ESCLAVAGE :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

FINKIELKRAUT, RÉVISIONNISTE DE LA LOI SUR L'ESCLAVAGE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: SOCIETE-SOCIETY :: DEBATS ET OPINIONS/DISCUSSIONS AND VIEWS-
Sauter vers: