MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE

Ce Forum MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE est lieu d'échange, d'apprentissage et d'ouverture sur le monde.IL EXISTE MILLE MANIERES DE MENTIR, MAIS UNE SEULE DE DIRE LA VERITE.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Derniers sujets
Marque-page social
Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE sur votre site de social bookmarking
MON BLOGUE-MY BLOG
QUOI DE NEUF SUR NOTRE PLANETE
 
LA FRANCE NON RECONNAISSANTE
Ephémerides

Partagez | 
 

 La crise des banlieues:les mensonges de sarkosy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mihou
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 8069
Localisation : Washington D.C.
Date d'inscription : 28/05/2005

03122005
MessageLa crise des banlieues:les mensonges de sarkosy

http://www.liberation.fr/page.php?Article=339304


La crise des banlieues

Dans le Nord, au tribunal, des émeutiers loin des clichés
Des jeunes Blancs issus de milieux défavorisés comparaissent devant
la justice.

par Haydée SABERAN

C'est un Français «issu de l'immigration», mais pas celle que l'on
croit. Jérémy V. habite Arras. Il porte un nom flamand, preuve que
ses ancêtres venaient de... Belgique. L'arrestation de ce jeune
homme de 20 ans, jeune intérimaire à Arras, prouve que les jeunes
des quartiers en difficulté qui brûlent des voitures échappent aux
clichés.


A Lille, ces prévenus inattendus ont peuplé les tribunaux ces
derniers jours. «Les deux tiers des jeunes qui passent en
comparution immédiate après les incendies nocturnes sont des Jean-
Marc et des Maxime», indique un journaliste familier du tribunal de
grande instance. «Ce ne sont pas que des bronzés», confirme Serge
Damiens, éducateur à la mission locale de Lille. «Dans le quartier
des Bois-Blancs à Lille, quand l'école a brûlé, la première demi-
heure, ils étaient tous blancs.» Ça ne l'étonne pas. «La couleur de
la peau est un handicap à l'embauche, c'est vrai. Mais l'adresse
aussi. Ceux qui veulent s'en sortir donnent souvent l'adresse
fictive d'une tante, hors du quartier, ou dans la ville voisine.» Il
reconnaît que ces enfants des quartiers populaires partent quand
même dans la vie avec un handicap de moins : «Les CRS passent plus
de temps à contrôler les têtes frisées que les Patrick et les
Gérard.»

Dans le Nord et le Pas-de-Calais, terre d'immigration ancienne,
l'immense majorité des quartiers populaires sont ethniquement
mixtes. Les fils d'ouvriers ­ et de plus en plus, de chômeurs ­ qui
vivent dans les quartiers en difficulté sont français dits «de
souche», ou issus de l'immigration belge, polonaise, portugaise,
espagnole, maghrébine et africaine. La présence de ces
jeunes «Blancs» dans les tribunaux correctionnels depuis deux
semaines n'étonne pas non plus Maryse Esterle-Hedibel,
sociologue. «Le contraire m'aurait surpris», dit-elle. Ancienne
éducatrice de rue en région parisienne, elle travaille sur les
quartiers de Roubaix depuis quatre ans. «Contrairement à ce que j'ai
vu dans le Val-d'Oise et le Val-de-Marne, j'ai découvert ici une
population très spécifique, sans discriminant "immigré-pas
immigré".» Il y a ici des familles «blanches» très pauvres. «Des
enfants qui ne mangent pas assez, qui vivent sans chauffage parce
qu'EDF a coupé l'électricité, des mères de famille qui ont seize
ans. Le quart monde.»

Pour elle, les émeutes urbaines de ces derniers jours ne s'analysent
pas en termes ethniques : «Cet argumentaire autour de la polygamie,
c'est de la propagande pure et simple. En revanche, ce qui est
certain, c'est que des quartiers entiers ont été dévastés par la
déshérence économique. Les anciennes solidarités ouvrières ont
disparu, remplacées par l'assistanat. Le quartier de l'Alma, à
Roubaix, c'est 40 % de chômage. Les mères de ces jeunes filles qui
quittent l'école à quinze ans en présentant un certificat de
grossesse, elles auraient été ouvrières à La Redoute, il y a trente
ans. C'est quand même autre chose qu'être au RMI.»

Autres lieux, autres profils, et autres clichés. Alors que Nicolas
Sarkozy déclarait, péremptoire, que «75 à 80 %» des jeunes
interpellés étaient «déjà connus pour de nombreux méfaits», les
magistrats de différents tribunaux de grande instance ont montré,
hier, chiffres à l'appui, que la plupart sont plutôt des gamins sans
antécédent judiciaire. Ainsi, à Bobigny, «la très grande majorité»
des mineurs ont «un profil de primo délinquant» a déclaré Denis
Fauriat, secrétaire général du parquet. Même analyse à Lyon, Nancy,
ou Marseille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vuesdumonde.forumactif.com/

 Sujets similaires

-
» Signes avant coureur d'une crise cardiaque
» Crise economique : les tps sont durs il faut se serrer la ceinture
» "la crise actuelle est née en 1971"
» La crise débarque en sport auto...
» Sarkosy (le zizi de P. Perret)
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

La crise des banlieues:les mensonges de sarkosy :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

La crise des banlieues:les mensonges de sarkosy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MONDE-HISTOIRE-CULTURE GENERALE :: SOCIETE-SOCIETY :: DEBATS ET OPINIONS/DISCUSSIONS AND VIEWS-
Sauter vers: